Comment planter un rhododendron

Rhododendron

Les rhododendrons sont de beaux arbustes rustiques qui décorent bien n’importe quel jardin. Un rhododendron en fleur peut être magnifique au printemps et offre un feuillage fourni le reste de l’année. Il peut devenir assez imposant, certains arbustes pouvant atteindre 5 mètres de haut. Les fleurs du rhododendrons sont grandes et peuvent être blanches, rouges, roses voire violet.

Il existe plusieurs façons de planter du rhododendron, comme le bouturage, la greffe ou l’utilisation de semences. Chacun de ces procédés fonctionne bien, bien que le bouturage soit l’une des méthodes les plus populaires si vous voulez produire une plante similaire à partir de la plante mère.

Si vous voulez savoir comment propager le rhododendron par le bouturage, voici ce que vous devez faire.

Choisir le rhododendron que vous allez planter

Choisir la meilleure pousse à utiliser. Recherchez un rameau de l’année qui n’est pas trop dur et qui pousse vers le haut plutôt que sur les côtés. Ce devrait être la partie qui a germé depuis moins d’un mois à partir du moment où vous avez décidé de faire la coupe. La tige semi-durcie permet aux racines de former des rameaux plus faciles à former que les tiges déjà ligneuses, bien qu’il faille s’en occuper davantage car elles sont plus sujettes aux moisissures et aux maladies fongiques.

Pour vérifier si le rameau sélectionné est utilisable, essayez de le plier à environ 90 degrés. S’il se casse, n’utilisez pas la portion cassée.

Comment bouturer un rhododendron

La plantation de cet arbuste directement en pleine terre est assez délicate. Il est peu probable que des racines parviennent à se développer correctement. De plus, si le sol de votre jardin n’est pas assez acide, sa culture ne sera pas facile. En effet, le rhododendron a besoin de terre de bruyère et d’un sol bien drainé. Dans le cas contraire, vous devrez creuser un trou assez profond que vous remplirez de terre de bruyère.

Préparer le pot de replantation. Préparez un milieu de plantation qui offre une circulation d’air tout en retenant l’humidité. Cela signifie qu’en plus de la terre de rempotage, vous devrez ajouter de l’écorce, de la tourbe, de la sciure de bois, du sable ou des billes d’argile. Vaporisez de l’eau dans le sol pour l’humidifier, mais ne l’arrosez pas trop. Trop d’humidité fait pourrir la tige et empêche les racines de se développer.

Coupez la tige. Mesurez 10 à 15 cm à partir de l’extrémité de la tige et faites une coupe avec un angle de 45 degrés. La longueur dépend de la hauteur de la nouvelle plante. Enlevez les feuilles qui sont présentes sur la partie inférieure de la tige, car elle ira dans le sol. Vous pouvez aussi couper quelques feuilles sur la partie supérieure de la tige. Cela permet à la tige de se concentrer davantage sur l’enracinement plutôt que sur l’alimentation des feuilles qu’elle possède actuellement.
Laissez quelques feuilles sur la partie supérieure pour que la photosynthèse puisse encore avoir lieu. Nettoyez la tige de la saleté et vérifiez les feuilles pour voir s’il y a des moisissures.

Ajoutez l’hormone d’enracinement. Prenez la tige et faites une petite blessure à l’extrémité de la tige avec un couteau. Faites la coupe juste assez profondément pour atteindre l’intérieur de l’écorce. Préparez un mélange de tourbe mélangée à de l’hormone d’enracinement et trempez l’extrémité de la cicatrice de la tige sur celle-ci pour l’aider à s’enraciner. La force du mélange dépend en grande partie du cultivar que vous prévoyez de propager et de la dureté de la tige.
Créez un environnement approprié. Pour bien pousser, cette plante a besoin de chaleur et d’humidité. Certains cultivars ont besoin de 21 degrés de chaleur pour pousser, d’autres non. L’humidité doit également être conservée, mais pas tant que ça, car elle peut conduire les plantes à développer des moisissures et d’autres maladies fongiques.
Une façon de conserver l’humidité est d’ajouter un cadre sur le dessus du contenant d’enracinement et de le recouvrir d’un morceau de plastique. Garder le contenant à l’abri de la lumière directe du soleil, bien que l’endroit devrait toujours être ensoleillé. Si la propagation a lieu pendant la saison estivale, placez la bouture sur un récipient en bois, ajoutez un couvercle en plastique et gardez-le dans un endroit ombragé. Vous pouvez aussi simplement mettre la bouture dans un bocal et la recouvrir d’un couvercle avant de la placer près de la fenêtre. Placez un élastique sur le dessus du contenant pour que l’humidité reste sur la plante et non sur le pot.
Attendez, cela peut prendre un certain temps avant que la bouture du rhododendron ne produise des racines, alors ne vous découragez pas si les racines n’apparaissent pas après un certain temps. Bien que certaines racines s’enracinent après environ un mois, certaines boutures ont besoin de trois à six mois avant de commencer à s’enraciner.
Vérifiez constamment les boutures. Enlevez les feuilles infestées de moisissures et gardez le sol humide.

Quand planter un rhododendron

La période idéale est la fin de l’été ou le début de l’automne. Il est possible de le faire au printemps mais en dehors des périodes de gel. Inversement, si vous souhaitez planter l’été, envisagez un arrosage important et fréquent durant la première année.
Le rhododendron aime l’ombre et le soleil mais évitez de planter en plein soleil. Il n’aime pas l’eau stagnante, choisissez donc un endroit bien drainé.

Rempotez la plante. Surveillez attentivement les signes d’une nouvelle croissance. Cela signifie généralement que les racines se sont développées. Une fois que cela se produit, enlevez la couverture en plastique. Tirez doucement sur la tige. S’il n’est pas facile à arracher, cela signifie que les racines sont assez fortes. Continuez à transférer la plante dans des pots plus grands jusqu’à ce que le temps se réchauffe et vous pourrez finalement la transférer en pleine terre dans votre jardin.

Planter un rhododendron en pleine terre

En automne, creusez un trou au moins égal à deux fois la taille de la motte. Si votre terrain n’est pas assez acide, creusez encore plus profond et large et comblez l’espace avec de la terre de bruyère. Si votre sol n’est pas assez drainé, installez une couche de bille d’argiles au fond du trou.

Posez la motte à planter et comblez le trou. Faites en sorte que les racines ne soient pas plantées trop profondes. Cela obligera celles ci à plonger plus profondément et évitera qu’elles restent trop en surface.

Entretien du rhododendron

S’ils sont plantés dans les conditions idéales, les rhododendrons ne nécessitent que peu d’entretien. Arrosez régulièrement pendant les deux premières années surtout par temps sec. Ne pas pailler le pied pendant ces deux années pour obliger la plante à planter ses racines profondément.

L’entretien reste facile : Il suffit de couper les branches mortes et retirer les fleurs fanées régulièrement.

Certains croient qu’il suffit de couper une tige et de la planter dans le sol, mais ne l’essayez pas. Bien que les feuilles puissent rester vertes plusieurs mois, elles finiront par se faner et sécher, car les racines ne réussissent pas à se développer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*