Comment choisir un système d’alarme

Comment installer une alarme

Face au risque de cambriolage, les particuliers sont nombreux à vouloir s’équiper d’un système d’alarme. D’autant qu’avec les départs en vacances, l’été voit une recrudescence des cambriolages. Les statistiques montrent que dans la plupart des cas, un cambrioleur prend la fuite rapidement après le déclenchement d’une alarme.

Mais comment s’y retrouver parmi les différentes technologies disponibles? Quelle est l’efficacité réelle de ces dispositifs? Combien ça coûte? Quelles sont les possibilités et fonctions offertes?

Il est souvent difficile de trouver une information objective et critique sur ce sujet, la plupart des conseils émanant de professionnels ou fabricants n’ayant qu’un objectif: vous vendre le plus cher possible ce qu’ils savent faire et vous dissuader d’aller voir ailleurs.

Le rôle d’un système d’alarme

La fonction première d’un système d’alarme anti-intrusion est de renforcer la sûreté de votre logement (protection contre les actes de malveillance volontaires), en prévenant le voisinage, via le déclenchement d’une sirène, d’une intrusion dans votre domicile. Les systèmes d’alarme récents permettent également la connexion de divers détecteurs visant cette fois à renforcer la sécurité de votre logement (protection contre les accidents), à commencer par des détecteurs d’incendie.

Certains systèmes permettent également de transmettre une alarme à distance, le plus souvent par téléphone, afin de prévenir le propriétaire absent ou une société de télésurveillance d’un incident.

Les différents types de système d’alarme

  • L’alarme Filaire : les détecteurs sont reliés à la centrale par des câbles. Il permet à la fois l’alimentation électrique des détecteurs et la transmission du signal d’alarme de ceux-ci vers la centrale. De même les sirènes sont connectées à la centrale par câble: Il sert à alimenter électriquement la sirène. Notons que les bonnes sirènes disposent en plus d’une source d’alimentation de secours via une batterie intégrée. Le câble permet également à la sirène de transmettre une alarme à la centrale, par exemple en cas de tentative de sabotage ou de démolition de la sirène.
  • L’alarme sans fil : les détecteurs et sirènes communiquent alors avec la centrale par ondes radio. Il n’est donc plus nécessaire de tirer des câbles entre les différents composants du système. Les détecteurs sont alimentés par des piles, et sont donc en général plus encombrants et voyants que leurs équivalents filaires.
  • Le système domotique avec fonctionnalité « alarme ». Un système domotique est une solution intégrée permettant d’automatiser ou piloter à distance de nombreux équipements de la maison : volets, éclairage, chauffage… Les systèmes récents sont capable de fournir des fonctionnalités équivalentes à un système d’alarme traditionnel via l’adjonction des capteurs et sirènes appropriés. Ils offrent en général des interfaces de pilotage plus ergonomiques qu’un système d’alarme traditionnel et de nombreuses fonctionnalités avancées. La plupart du temps, les capteurs et sirènes supportés seront sans fil.

Que choisir ? avantages et efficacité de chaque solution

Équiper la maison d'un système d'alarmeLa simplicité de pose d’une alarme sans fil est très séduisante. De même, les solutions domotique intégrées (incluant alarme) de conception bien plus moderne que les système traditionnels et aux multiples fonctionnalités sont particulièrement tentantes. Cependant, il ne faut jamais perdre de vue que la raison d’être d’un système d’alarme est d’assurer la sécurité de votre logement, et que sa fiabilité doit donc être le critère de choix principal.

Les systèmes domotiques sont des systèmes informatiques totalement connectés à votre logement et à l’extérieur (via internet). Comme tout système informatique connecté, ils sont donc vulnérables à tout type d’attaque (piratage). Protéger un tel système efficacement demande une très grande expertise et l’acceptation de diverses contraintes. Sans pour autant qu’il soit possible d’atteindre 100% de fiabilité. C’est donc loin d’être idéal en terme d’efficacité. Sans compter que ces systèmes ont souvent les mêmes vulnérabilités que les alarmes sans fils ‘ »traditionnelles », décrites ci-dessous.

Les alarmes sans fil peuvent être divisées en deux catégories:

  • Les alarmes « bas de gamme », qui peuvent facilement être mises hors service par un brouilleur radio adapté. Brouilleur que les cambrioleurs savent très bien se procurer.
  • Les alarmes haut de gamme, capables de détecter une tentative de brouillage radio et qui se déclenchent dans ce cas.

Cette deuxième catégorie peut sembler plus efficace, mais les cambrioleurs disposent d’une parade très simple : Brouillage à distance (merci la radio), donc discret. Déclenchement de l’alarme. On laisse les voisins venir voir ce qui se passe. Ils ne voient rien, croient à une fausse alerte et rentrent chez eux. Éventuellement, on recommence deux ou trois fois histoire d’épuiser la batterie de l’alarme -on aura pris soin de couper le courant avant- et la patience des voisins). La voie est ensuite libre pour cambrioler cette fois pour de bon, alors que tout le monde est rentré chez lui en pestant contre l’alarme.

Ce type d’alarme est également plus facilement sujet aux déclenchements intempestifs que les alarmes filaires (par exemple en cas de perturbation radio diverses, non malveillantes). Au delà des désagrément qu’ils vous procureront, les déclenchement intempestif trop fréquents sont le meilleur moyen d’anéantir toute solidarité de voisinage, ce qui rend votre alarme totalement inutile.

Enfin n’oubliez pas qu’une alarme sans fil vous demandera de changer régulièrement les piles de tous les détecteurs, ce qui n’est ni économique, ni écologique, et prend du temps.

En résumé, les systèmes d’alarme sans fil, tant vantés par les professionnels et revendeurs, bien contents de pouvoir vous ventre un système à prix d’or et dont la pose prend peu de temps, sont loin de constituer une protection efficace.

En conclusion, seule une alarme filaire offre une protection crédible. La pose des câbles est bien sûr une contrainte importante. Le système lui-même est moins cher qu’un équivalent sans fil (et beaucoup moins cher qu’une solution domotique). Mais cette économie est malheureusement rattrapée et souvent dépassée par le coût de la pose si vous la faites faire par un professionnel…

Les autres critères de choix

  • Ne pas oublier d’équiper votre système d’une double sirène: la sirène externe pour alerter les voisins et la sirène interne conçue spécialement pour éloigner le voleur (bruit strident insupportable). Les 2 secourues sur batterie et avec contact anti-ouverture.
  • Veillez à choisir une alarme disposant d’une bonne autonomie électrique. Couper l’électricité depuis l’extérieur est également un bon moyen de rentre inopérante une alarme si elle ne dispose pas d’une bonne batterie.
  • Certaines alarmes permettent une mise en service partielle (désactivation temporaire de certains détecteurs), voire d’un mode « sonnette » qui se désactive via une unique touche (sans système de sécurité) et génère une alerte sonore moins tonitruante que les sirènes… Cela peut être utile pour par exemple protéger la nuit uniquement la partie « jour » de votre logement. Dans ce cas un second boitier de contrôle situé dans la chambre parentale peut être utile. Il peut également vous permettre de déclencher manuellement une alarme en cas d’intrusion, sans vous confronter aux cambrioleurs.
  • Concernant les dispositifs d’activation/désactivation de l’alarme, les fabricants proposent de nombreuses alternatives au traditionnel boitier à code: clé radio, carte, emprunte digitale, avec la possibilité en général de combiner plusieurs systèmes sur une même alarme… Chaque système ayant ses avantages mais aussi ses failles. Essayez donc de vous limiter à un unique dispositif: chaque dispositif que vous ajoutez ne fait qu’ajouter une vulnérabilité supplémentaire à votre système et offre un moyen supplémentaire de piratage/sabotage au cambrioleur.

À propos de la vidéo-surveillance (ou télésurveillance)

Définition

La vidéo surveillance consiste à coupler une caméra vidéo au système d’alarme. Les images peuvent être enregistrées, diffusées, ou simplement compléter les capteurs d’intrusion via la fonction de détection de mouvement vidéo (déclenchement d’une alarme si la caméra « voit » quelque chose bouger).

La télésurveillance consiste à diffuser les alarmes (et flux vidéo si disponible) à l’extérieur du bâtiment, via une connexion téléphonique ou internet (via la ligne fixe ou via le réseau GSM).

Les alarmes peuvent être reçues par vous-même ou par une société de télésurveillance. Elle fera une levée de doute à votre place (analyse de l’alarme, visualisation des vidéo, voire envoi d’une personne sur place). Puis pourra éventuellement prévenir la police après s’être assurée qu’il ne s’agit pas d’une fausse alerte.

Sur le papier, tout cela est bien séduisant. mais qu’en est-il en pratique?

Lorsque l’on choisit son système d’alarme, il ne faut pas perdre de vue que :

  • Une cagoule et le cambrioleur n’est plus reconnaissable sur les vidéos
  • Un cambriolage « de base » (pas celui où le cambrioleur vide votre maison, cas rare mais existant), ne dure que cinq minutes. Dans ce délai, seuls les voisins proches ont une chance d’arriver à temps… toute personne à distance (police, propriétaire prévenu sur GSM, société spécialisée…), n’a aucune chance d’arriver avant la fin du cambriolage.
  • Le système de communication d’une habitation est très vulnérable. Un coup de pince dans la ligne téléphone/DSL/fibre de la maison, et un brouilleur GSM acheté 100 euros sur le net et hop! plus de connexion, plus de transmission de données.
    Donc vu ce que ces services coûtent (en général une fortune, si vous prenez en considération le coût de l’abonnement mensuel sur plusieurs années), leur intérêt semble bien limité.

Il peut tout de même être intéressant de compléter un système d’alarme traditionnel avec une caméra wifi. À condition de veiller à préserver un minimum d’indépendance entre les deux systèmes. Une simple caméra Wifi coûte dans les 100 euros. Et même moins pour les modèles premier prix. Elle ne demandera rien d’autre que votre abonnement internet (pas d’abonnement spécifique à payer pour la fonction de vidéo-surveillance). Certaines caméras (rares) peuvent être couplées avec votre système d’alarme pour interagir avec lui: la détection de mouvement peut renforcer l’efficacité des autres capteurs, et la caméra pourra vous alerter par email en cas de détection (à condition que votre ligne n’ait pas été coupée).

La détection incendie

Toutes les alarmes dignes de ce nom sont « multi-zone ». Les différents capteurs peuvent être regroupés dans des zones différentes (voire une zone spécifique crée pour chaque capteur). Des règles de fonctionnement spécifiques peuvent être attribuées à chaque zone. Le système d’alarme sera également capable de vous indiquer la zone qui a déclenché l’alarme. Il est souvent possible de définir des zones « incendie » et non « intrusion », actives en permanence et non uniquement lorsque vous activez l’alarme en quittant votre habitation.

Vous pourrez connecter sur ces zones divers détecteurs destinés à renforcer la sécurité de votre logement. Vous trouverez des détecteurs incendie, bien plus efficaces que les simples détecteurs de fumée autonome. En effet, ils seront capables de détecter également des températures élevées ou montées de température anormalement rapides. C’est particulièrement utile dans les pièces type cuisine ou salle de bain ou on ne peut utiliser de détection de fumée sans subir de fréquentes fausses alertes. Le couplage avec votre alarme, avec ses sirènes extérieures, voire avec les fonctions de télésurveillance en feront un système particulièrement efficace. Cependant, un tel système, bien qu’efficace, ne répond pas forcément aux normes bien spécifiques imposées pour les détecteurs de fumée autonomes. Détecteurs dont doivent dorénavant être obligatoirement équipés tous les logements.

Nous vous recommandons donc de faire valider votre choix par votre assurance. Et si nécessaire, de compléter une installation de détection anti-incendie complète connectée sur votre système d’alarme (un détecteur par étage, par exemple) avec un unique détecteur autonome « classique » (le bidule qu’on trouve partout à 10 euros), qui vous protégera « juridiquement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*